épiderme


épiderme

épiderme [ epidɛrm ] n. m.
• 1560; lat. epidermis, d'o. gr. derme
1Couche superficielle de la peau, qui recouvre le derme. Anat. L'épiderme se compose de cinq couches superposées (en allant vers la surface) :couche basale, couche de Malpighi, couche granuleuse, couche claire, couche cornée. ⇒ épithélium. Les ongles, les poils, les plumes sont des productions de l'épiderme ( phanère) . Cour. peau. Lotion qui tonifie l'épiderme. « Ce pétard fit hérisser l'épiderme de Gringoire » (Hugo).
Loc. Avoir l'épiderme chatouilleux, sensible : être susceptible. Ces compliments lui chatouillaient agréablement l'épiderme, le flattaient.
2(1752) Bot. Membrane superficielle des parties aériennes d'une jeune plante.

épiderme nom masculin (bas latin epidermis, du grec epidermis, -idos, de derma, -atos, peau) Partie externe de la peau constituée de plusieurs couches de cellules dont la plus superficielle est cornée et produit des squames. (Poils, plumes, cornes, ongles, griffes, sabots sont des productions de l'épiderme.) Familier. Peau de quelqu'un. Membrane protectrice qui recouvre toutes les parties d'un végétal jeune. (L'épiderme est percé de stomates pour les échanges gazeux.) ● épiderme (citations) nom masculin (bas latin epidermis, du grec epidermis, -idos, de derma, -atos, peau) Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort près de Clermont-Ferrand 1740-Paris 1794 Académie française, 1781 L'amour, tel qu'il existe dans la société, n'est que l'échange de deux fantaisies et le contact de deux épidermes. Maximes et penséesépiderme (expressions) nom masculin (bas latin epidermis, du grec epidermis, -idos, de derma, -atos, peau) Familier. Avoir l'épiderme sensible, être susceptible. Familier. Chatouiller l'épiderme de quelqu'un, le flatter ou l'irriter, l'agacer.

épiderme
n. m.
d1./d Couche superficielle de la peau, qui assure la protection du derme des vertébrés. L'épiderme sécrète les phanères (poils, cornes, sabots, etc.).
|| Fig. Avoir l'épiderme sensible, chatouilleux: être susceptible.
d2./d BOT Couche unicellulaire externe imperméable qui protège les organes aériens des végétaux supérieurs.

⇒ÉPIDERME, subst. masc.
A.— SC. NAT.
1. ANAT. Couche superficielle de la peau. Épiderme épais, lisse. Synon. vx surpeau (cf. GEOFFROY, Méd. pratique, 1800, p. 58). L'épiderme (...) susceptible d'Amédée se rebiffait, s'enflammait, boutonnait, comme si le poil eût fait des façons pour sortir (GIDE, Caves, 1914, p. 761)
SYNT. Épiderme mince; épiderme corné; épiderme satiné; couche basale, couche cornée de l'épiderme; délicatesse de l'épiderme; grain de l'épiderme; tonifier l'épiderme.
En partic. [Épiderme en tant qu'organe du contact phys.] Du monde mal approprié et qui se liche et se pelote et se frottaille l'épiderme des uns contre les autres (GONCOURT, Journal, 1893, p. 399). Est-ce un mariage? N'est-ce pas bien plutôt ce contact de deux épidermes et cet échange de deux fantaisies auxquels Chamfort réduisait l'amour? (DU BOS, Journal, avr. 1927, p. 206).
P. métaph. ou au fig. À fleur d'épiderme. Synon. à fleur de peau :
1. Le masque que l'on peut mettre, enlever, remettre, et qu'on garde quelques heures pour s'amuser un soir de carnaval, le masque symbolise suffisamment cette frivole altérité à fleur d'épiderme qui donne si peu le change...
JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 30.
♦ [P. réf. à la sensibilité de l'épiderme] Cf. anticlérical ex. 5. (Avoir l')épiderme chatouilleux, dur, sensible, à vif. Olivier était sensible; il avait l'épiderme facilement écorché; un mot rude, surtout de quelqu'un qu'il aimait, le déchirait (ROLLAND, J.-Chr., Maison, 1909, p. 1010). L'épiderme d'Arthur ne supportait ni les onctions écœurantes d'une tendresse apeurée ni les frictions de la maladresse (H. BAZIN, Tête contre murs, 1949, p. 121).
Avoir qqn dans l'épiderme. Synon. avoir qqn dans la peau. Elle m'a dans l'épiderme [la veuve Mouaque] (QUENEAU, Zazie, 1959, p. 212).
♦ [P. réf. au caractère superficiel de l'épiderme] Lucien n'a qu'un courage d'épiderme, il succombera (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 505). Et il emporte un regret d'une heure (...) Avec une exquise délicatesse d'épiderme, il ne sent rien à fond (FRANCE, Vie littér., 1891, p. 4).
2. P. ext., BOT. Tissu de revêtement extérieur des parties aériennes d'une plante (feuilles, jeunes tiges), dont la fonction protectrice est assurée par la cuticule. Les feuilles tendres, aux épidermes délicats et ténus (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 109). Rôles des stomates et des lenticelles, des parois cutinisées, perméabilité des épidermes dans les plantes sans stomates (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 462).
Spéc. Épiderme du fruit. Synon. épicarpe (cf. -carpe B 2 b). La couleur de l'épiderme du fruit (BOULAY, Arboric et prod. fruit., 1961, p. 45).
B.— P. anal. Couche extérieure, surface d'un objet. Épiderme de la lave. Le temps ronge l'épiderme des marbres les plus durs (ADELINE, Lex. termes art, 1884). Un cailloutis pointu, résultat de la décomposition des roches, forme avec un peu de terre rousse l'épiderme du sol (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 368) :
2. Le soleil, changeant de place, intercalait çà et là dans la solidité rompue du balcon ses inconsistantes mousselines et donnait à la pierre de taille un tiède épiderme, un halo d'or imprécis.
PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 308.
Rem. 1. Parfois au fém. Elle [la membrane] est revêtue d'une épiderme très mince (LA MADELAINE, Chant, 1852, p. 5). Des gens, en France, qui n'ont pas l'épiderme aussi dure (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 322). 2. On rencontre ds la docum. a) Épidermisation, subst. fém. ,,Processus de réparation de l'épiderme`` (Méd. Biol. t. 2 1971); fait d'acquérir les caractéristiques de l'épiderme. Au niveau des muqueuses, l'épithélium subit souvent l'épidermisation (Roussy ds Nouv. Traité Méd., fasc. 5, 2, 1929, p. 119). b) Épidermisé, ée, adj. Qui a subi l'épidermisation. Une cicatrice déjà épidermisée (Nicolas, ibid., fasc. 4, 1925, p. 625). c) Épidermite, subst. fém. ,,Inflammation de l'épiderme`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Radio-épidermite (Ce que Fr. a apporté à méd., 1946, p. 167). d) Épidermoïde, adj. ,,Qui a l'aspect ou les caractères histologiques de l'épiderme`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Il est exceptionnel de voir un embryome, un kyste épidermoïde ou dermoïde de l'ovaire, se comporter à la manière du cancer (Roussy ds Nouv. Traité Méd., fasc. 5, 2, 1929, p. 71). 3. Épiderme entre comme 1er élément de compos. dans la formation de mots sav. sous la forme épidermo- : a) épidermo(-)dermite, subst. fém. ,,Inflammation simultanée de l'épiderme et du derme`` (Méd. Biol. t. 2 1971); cf. Langeron ds Nouv. Traité Méd., fasc. 4, 1925, p. 522. b) Épidermomycose, subst. fém. ,,Dermatomycose dans laquelle les parasites restent dans l'épiderme`` (Méd. Biol. t. 2 1971). L'épidermomycose est une des formes les plus fréquentes des mycoses cutanées (QUILLET Méd. 1965, p. 309). c) Épidermo-thérapie, subst. fém. Traitement de l'épiderme. Cette épidermo-thérapie ne semble pas avoir donné de bons résultats (Roger ds Nouv. Traité Méd., fasc. 4, 1925, p. 258). d) Épidermotrope, adj. « Qui a une affinité spéciale pour l'épiderme (Méd. Biol. t. 2 1971). Évolution épidermotrope de certains épithéliomas mammaires (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946, p. 149).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1548-52 epidermis (RABELAIS, Le Quart livre, chap. 31, éd. Marty-Laveaux, t. 2, p. 380); 1560 epiderme (A. PARÉ, De l'Anatomie, I, IV, éd. Malgaigne, t. 1, p. 117); 2. a) 1752 conchyliologie (Trév.); b) 1771 bot. (ibid.). Empr. au b. lat. epidermis « épiderme » (gr. ). Fréq. abs. littér. : 263. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 622, b) 261; XXe s. : a) 367, b) 225. Bbg. ARVEILLER (R.). R. Ling. rom. 1972, t. 36, p. 231.

épiderme [epidɛʀm] n. m.
ÉTYM. 1560; épidermis, 1552; bas lat. epidermis, mot grec, de epi, et derma. → Derme.
1 Anat. Couche superficielle de la peau, qui recouvre le derme. || L'épiderme se compose de cinq couches superposées (en allant vers la surface) : couche basale, couche de Malpighi, couche granuleuse, couche claire, couche cornée. Épithélium. || Les ongles, les poils, les plumes sont des productions de l'épiderme. Phanère (→ Dent, cit. 1).Cour. || Tonifier, soigner l'épiderme (→ Asperger, cit. 4; cold-cream, cit.). || Épaississement et durcissement anormal de l'épiderme. Callosité, kératose. || Irritation, lésion, soulèvement de l'épiderme. Ampoule, bulle, cloque. || Brûlure du premier degré, écorchure ( Excoriation) qui n'atteint que l'épiderme. || Petite lame qui se détache de l'épiderme. Squame.REM. Le genre d'épiderme est resté longtemps incertain. On le trouve au féminin au XVIIe siècle.
1 (La beauté du visage est) un éclat d'un moment, Et qui n'est attaché qu'à la simple épiderme.
Molière, les Femmes savantes, III, 4.
Par ext. (cour.). Peau.Loc. Littér. À fleur d'épiderme, à fleur de peau.
2 Ce pétard fit hérisser l'épiderme de Gringoire.
Hugo, Notre-Dame de Paris, II, I.
Allus. littér. || « Le contact de deux épidermes » (→ Amour, cit. 13, La Rochefoucauld).
3 Pour moi, le drame Claire-Albert est un drame d'épiderme (…) Je vois qu'elle n'est pas une amoureuse; elle est déçue, et c'est peut-être parce qu'il n'a pas été assez attentif, assez tendre (…)
A. Maurois, Terre promise, p. 176.
Loc. fig. (1864). Avoir l'épiderme chatouilleux, sensible : être susceptible. Sensibilité.Ces compliments lui chatouillaient agréablement l'épiderme. Flatter. — ☑ Loc. plais. Avoir qqn dans l'épiderme, l'avoir dans la peau, l'aimer.
2 (1752). Bot. Couche superficielle des parties aériennes d'une plante. || L'épiderme du fruit. Épicarpe.
3 (1770). Couche superficielle qui enveloppe (qqch.).Techn. Revêtement très mince.
4 Fig. Apparence (cit. 22), enveloppe.
DÉR. Épidermage, épidermique, épidermite, épidermure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Epiderme — Épiderme Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • épidermé — épidermé, ée (é pi dèr mé, mée) adj. Terme d histoire naturelle. Qui est couvert d un épiderme. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE ÉPIDERMÉ. Ajoutez : 2°   Terme de beaux arts. Se dit d un tableau qui s écaille. •   Ce qui a dû vraisemblablement égarer… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • epiderme — EPIDERME. s. m. La premiere peau de l animal & la plus mince. Cela n a fait que luy effleurer l epiderme. enlever, escorcher l epiderme …   Dictionnaire de l'Académie française

  • epiderme — s. f. 1. Camada mais exterior da pele do animal. 2. Pele. 3.  [Botânica] Tegumento geral de uma planta …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • épiderme — (é pi dèr m ) s. m. 1°   Membrane transparente qui fait partie de la peau et recouvre toute la surface du derme.    Par extension. •   Une petite drôlerie [traduction] dont vous me demandez des nouvelles, est assez dégrossie, j en suis à l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Épiderme — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Épiderme », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) en anatomie, l épiderme est la couche… …   Wikipédia en Français

  • ÉPIDERME — n. m. Partie de la peau qui couvre le derme. Ce coup n’a fait que lui effleurer l’épiderme. Enlever, écorcher l’épiderme. Fig., Cet homme a l’épiderme sensible, Il s’offense, il se blesse facilement. Il se dit par analogie, en termes de Botanique …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ÉPIDERME — s. m. Surpeau, la première peau de l homme ou de l animal, et la plus mince. Ce coup n a fait que lui effleurer l épiderme. Enlever, écorcher l épiderme.   Il se dit par analogie, en Botanique, de Cette pellicule mince et transparente qui forme l …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • épiderme — nm. => Peau …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Epiderme (anatomie) — Épiderme (anatomie)  Cet article concerne l épiderme en tant que couche superficielle de la peau. Pour les autres sens, voir Épiderme. En anatomie, l épiderme est la couche superficielle de la peau dont la surface est formée de cellules… …   Wikipédia en Français